Centre de Recherche
       en Neurosciences de Lyon

    UCBL1 - CNRS UMR5292 - INSERM U1028

Partenaires

CNRS
UCBL1 INSERM
UJM-StEt UnivLYON


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes de recherche > Equipe NEUROPOP (A.Didier) > Moustafa BENSAFI

Moustafa BENSAFI

ANR ICEO - Interactions Cognition-Emotions dans la modalité Olfactive

par Moustafa Bensafi - 5 février 2013

Acteurs

  • Moustafa Bensafi (coordinateur), Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, UMR5292, CNRS, INSERM et Université Claude Bernard Lyon
  • Fanny Rinck (partenaire), Maître de Conférences, Laboratoire Lidilem, EA609, Université Grenoble 3.

Période

  • 2012-2015

Objectifs du projet

L’objectif du projet est de faire avancer les recherches sur les relations entre émotion(s) et cognition dans la perception des odeurs. Cette interaction est abordée à partir de la physicochimie de la molécule odorante et à deux niveaux, en termes cognitifs en fonction du niveau de connaissances lexicales sur l’odeur et en termes neurobiologiques, en fonction de l’activité cérébrale des régions olfactives. Il est connu que certaines caractéristiques de la molécule odorante (e.g. taille, poids, complexité) influencent la valence hédonique de l’odeur. Ce projet testera la question de savoir si l’expérience d’un individu peut mettre au second plan ces influences physicochimiques. A l’inverse, durant le vieillissement normal ou pathologique (maladie d’Alzheimer), quand le patient rencontre des difficultés d’accès aux représentations olfactives, nous examinerons si c’est la détermination physicochimique qui est importante.

Méthodes

Une triple approche est utilisée : analyse de discours, psychophysique et neurobiologie. Le projet ICEO est prévu sur une durée de 3 ans. Trois tâches utilisant des méthodes d’analyse de discours, psychophysiques et neurobiologiques (Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf) seront menées. Les expériences impliqueront différentes populations d’individus (sujets jeunes et âgés pour l’expérience 1, tâche 1 ; sujets âgés et patients Alzheimer pour l’expérience 2, tâche 2 ; sujets expérimentés pour les expériences 3 et 4, tâche 3). Les méthodes sont issues de l’analyse de discours, de la psychophysique des odeurs et la psychologie expérimentale. Chaque expérience est généralement composée de 2 sessions pendant lesquelles : 1) la fonction olfactive des sujets est objectivée et 2) les sujets évaluent le caractère agréable et désagréable d’odeurs. Dans l’expérience 4, nous testerons l’influence de l’expertise sur la perception d’odorants qui diffèrent dans leurs propriétés physicochimiques. Nous mettrons en place une expérience auprès de sujets expérimentés à l’aide de l’IRMf. En utilisant des méthodes d’analyse déjà bien rodées, nous aboutirons à des cartes montrant quelles régions olfactives primaires et secondaires sont activées en fonction du type de molécules et du niveau d’expertise.

Résultats

La mise en place des expériences des différentes tâches a débuté il y quelques mois. Une fois les résultats établis, notre programme de recherche permettra de fournir à la communauté scientifique et au monde industriel des outils d’analyse pour l’identification multidimensionnelle des propriétés cognitives et physico-chimiques des odorants à partir de verbalisations de sujets sains et pathologiques, experts et novices.