Centre de Recherche
       en Neurosciences de Lyon

    UCBL1 - CNRS UMR5292 - INSERM U1028

Partenaires

CNRS
UCBL1 INSERM
UJM-StEt UnivLYON


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes de recherche > Equipe NEUROPOP (A.Didier)

Equipe NEUROPOP (A.Didier)

par Moustafa Bensafi - 15 novembre 2012

Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon

Equipe :
Neuroplasticité et Neuropathologie de la Perception Olfactive

Membres :

Statutaires :
 
Etudiants :
  • Marion BESSY (M2R)
  • Pauline JOUSSAIN (Doc.)
  • Melissa MORENO (Doc.)
  • Caroline SEZILLE (Doc.)
 
   
Anciens membres :

Etudiants :
  • Samuele CHIARAMELLO
  • Alexandra VEYRAC
  • Delphine GUERIN
  • Germain BUSTO
  • Sébastien SULTAN
  • Nolwen REY
  • Florence KERMEN
  • Johan PONCELET
  • Fanny RINCK
  • Melissa MORENO

Contacts :
  • tel : +33 (0)4.37.28.74.99
  • fax : +33 (0)4.37.28.76.01
 

 


 

Missions et compétences

 Les travaux de l’équipe sont consacrés à l’analyse des mécanismes de la plasticité neuronale dépendant de l’activité dans les structures olfactives du cerveau normal ou pathologique, ainsi qu’à leurs implications fonctionnelles en termes de perception et de mémoire olfactives. Une attention particulière est portée à la neurogenèse permanente qui caractérise le bulbe olfactif de tous les mammifères, y compris l’espèce humaine et à son rôle dans la plasticité liée aux apprentissages olfactifs. Parmi les facteurs suceptibles de moduler cette neurogenèse, et les fonctions perceptives et mnésiques qui en dépendent, nous portons un intérêt spécifique d’une part aux conditions de stimulation du système (input sensoriel), d’autre part au rôle des afférences centrifuges noradrénergiques et cholinergiques. Nous faisons l’hypothèse qu’une altération de ces deux systèmes au cours du vieillissement normal ou pathologique, et les conséquences de ces altérations sur la plasticité neuronale dans le bulbe olfactif, sont déterminantes dans la genèse des déficits olfactifs associés, en particulier ceux qui caractérisent les stades précoces de pathologies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer.